Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog







Rechercher Article

Archives

Pages

Catégories

19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 02:54

Lang Zhong se situe à 500 km au Nord-Est de Chengdu, sur la route qui mène à Bei Jing. D’ici à Lang zhong, bien différemment que pour Ze Long le bitume se déroule cool, peinard. Au point que Delphine et Armel eurent presque pu jouer au « Go ». On a causé et refait le monde…au retour surtout….

Lang Zhong est bien plus gros et moche que l’on pensait. Et oui, la Chine c’est plus ce que c’était…comme on dit si bêtement….La croûte de ville, extérieure au centre ancien est un amoncellement de bâtiments crades et laids, bourré de commerces racoleurs dans lesquels les nouveaux riches du coin viennent s’initier aux plaisirs de la consommation. Beaucoup de ville de chine ressemble aujourd’hui à cela….L’endroit et les habitants sont sûrement pauvres en fait, moins pauvre qu’en campagne certes, mais pauvres. Ceci ils sont souriant, des vrais «chic types».

 Le  cœur de ville est intact, magique et bien loin d’être anecdotique. Un village traditionnel chinois baigné d’une activité quotidienne frénétique, certes assez tournée vers le tourisme…mais pas que….Les habitants apparaissent comme là depuis la nuit des temps…et son accueillants. On se régale.

 A peine dans la place, la bonne étoile qui nous avait lâché sur la route de Ze long reprend sans mal ses droits sur nous et nous guide direct au paradis : Une ancienne demeure à cours carré tout de bois vêtue…coiffée de tuiles de terres cuites grises moulées sur les cuisses des femmes d’antan. Un bon plan quoi !….La tenancière n’est pas ténardière..! Y a plus de place mais elle nous propose de nous loger dans la salle des banquets…c’est la fête pour les trois têtes blondes…

Une fois les petites princesses folles endormies les deux vieux parents, la tata et le tonton posent un cul ! Ici le temps prend sa pose, engage la marche arrière. On est plus des vôtres…de ce monde…de ce monde de fou…On pense à ne pas en revenir. D’ailleurs on en revient pas ! Ici tout n’est que calme, luxe, et volupté…..pas d’absinthe, ni de pavot, juste un thé au jasmin, mais ça plane…

On baigne dans l’intemporalité du lieu, celle-là même qui invite à l’ubiquité -enfin, pour peu qu’on le veuille…Cette ubiquité du lieu qu’on vu et accepté, Jules vernes, Borgès, ou Schuiten. Un lieu authentique aux mensurations rêvées fantastique, changeantes, dans lesquels les corps se coulent plus qu’ils ne se déplacent, un lieu dans lequel les matériaux ont une âme -à défaut, peut-être, et encore, de deux faux stucs en polystyrènes-.

 Un passage parallèle, une porte, un instant, une porte-instant, nous mène direct aux autres lieux du crime de l’intemporelle, aux belles demeures d’Haute-Luce et de Goussancourt, aux ombres d’une pinède en Normandie. Ces demeures qui n’ont eu cessent, par les temps qui court et les autres, d’avoir que faire du temps qui court. Un chat lui a tout compris….Nos téléphones sonnent mais ne répondent pas, enfin pour peu qu’on le veuille ! …Sibylle s’initie au Go. Armel et Delphine se re-lance…on plane encore…On étudie les structures non triangulées des charpentes chinoises surdimensionnées.

Il y a quelques nouveaux arrivant chinois touristes des villes qui n’entendent rien, eux, à cette magie du lieu et feront bien du bruit…des types un peu grossiers comme on en trouve partout ailleurs…

 Le lendemain la quête aux antiquités n’est pas dur….Le bois domine. Quelques vieilleries parmi tant n’en sont pas, mais sont de qualités…D’authentiques typiques et neuves espadrilles chinoises cousues main, semelles y compris, s’imposent à nos pieds avec évidences et beaucoup plus de certitudes que les petits déjeuners chinois ne s’imposent à nos estomacs.

Le lendemain on prend la poudre d’escampette, pour un exode à pédales des citadins vers les rizières…Grandes classe des vélos tout « pouraves », toutefois négociés en beauté et en chinois par Capu la sinologue ! Armel prétentieusement revêt le maillot jaune Velhom -version Velhooum- d’un « Didi » de plus de luc, à se la péter en jaune dans la Chine ! Hehe ! dur dur pour les « Geugeu » ! 

( en chinois : « didi » petit frère « Geugeu » grand frère ! )

On passe la rivière en bateau, on pédale sur 1 kil, et là soudain, de suite, les rizières. Les rizières sont belles et reposantes…..et les filles se prennent un bain de boue au pieds et plus si affinité pour fleur et lulu…une femme sur son aire de battage égraine au fléau…. On pense au paysage de Provence étonnamment….

Delphine s’initie aux travaux d’avant la semée du riz et racle la boue et les vielles pousses du fond de la rizière... Les filles s’inventent une bauge à cochonnes pendant la sieste…La journée s’achève en course folles à la MAD-max sur une piste de graviers……les « didis » sont pas des mauvais alors que pourtant une chaîne d’acier menace leur train avant…..seulement comme toujours les « geugeu » dominent….eh !

 Dîner aux chandelles rouges…lendemain retour. Surlendemain douches, piscine, restos, séance de tri photos….Armel et Delphine nous quittent…. Merci à vous, c’était sportif et réveillant votre passage……

























































































































































































Partager cet article

Repost 0
Published by capucine et luc - dans ballade
commenter cet article

commentaires

Mehdi 06/09/2007 16:57

Ils sont tres simpa les photos.je vous souhaite une bonne vie

charlotte 27/05/2007 12:10

Chère Capucine ,Cher luc,apparamment il ya beaucoup de vélos en Chine!J\\\'espère que vous vous êtes accoutumés au pays,qui m\\\'a l\\\'air coloré!j\\\'espère que vous avez des amis! Et embrassez les filles pour moi!  François

armel 24/05/2007 13:54

le récit est à la hauteur du voyage...nous avons traversé les jardins chinois aux sentiers qui bifurquentnos pas guidés par de petites souris pleine de malice et d\\\'astuces...merci les chouchousmmm par contre je démens.. ce sont bien les didi qui ont gagné, et bien grâce a la cravache de lulu qui a su pousser son destrier avec la foi (propre aux didis) de pouvoir aller plus vite que sibylle.

LUC 22/05/2007 06:46

A le re-lire, je me dis voila un bien gros et puissant commentaire micha...!    Xie-Xie Ni Xiao Mama !

Véronique BLANC 21/05/2007 22:52

et dire qu'il y a des cons sur M6 qui se la jouent... avez-vous entendu parler d'une émission appelée "Pékin express" sur ma chère chaîne ?
J'ai jamais regardé mais je crois que c'est une espèce de Ko Lanta version Chine....
Pauvres hères!....

véro 21/05/2007 19:14

Encore une fois merci pour ces superbes images . Quelle magnifique  expérience vous vivez avec les trois filles .
Cela m'a permis de m'évader un peu ,hier alors que le temps était bien maussade et que j'ai qques soucis avec mon Papa hospitalisé ; Bises à tous  Véro Maes
PS: la photo des toits me rappelle Kyoto où nous avons fait un superbe voyage le mois dernier Bruno et moi . Nous aussi , on a de très belles photos

soph dem 21/05/2007 15:30

coucou, je trouve enfin le temps de vous écrire au boulot !! mais chut!
pas mal occupée car j'ai acheté une maison pas très loin de la mienne et je démennage dans une semaine, j'ai les clefs depuis une semaine et je donne un coup de propre avant notre arrivée
Bravo pour la prose mais aussi pour les photos c'est toujours avec grand plaisir que je vous vois évoluer en chine
gros bisous à vous cinq

charlotte 20/05/2007 21:41

Oh! oh! quelle envolée lyrique ,qui nous arrive sur le net, en authentique rivière-rizière de poésie, juchée sur les chapeaux chinois des roues de vélo,portée par les chats noirs et blancs en goguette,sur les tuiles vernissées des cuisses d\\\'antan! Des tôits aussi!De toi aussi, le poëte!
Et qui laisse la mama des geugeu et didi et geu-di -nettes, sur le cul! Par le net! Sur son seul cul d\\\'ailleurs ,car vous, pour un soir, vous en avez eu un seul, pour quatre !Quelle aubaine!car c\\\'est vrai, pour laisser sa pensée vagabonder ,jusqu\\\'à la crête onduleuse des vagues de la mer d\\\'Iroise ,ou les versants enpannachés des monts des Miages,ou encore aussi, sur les vertes coulées -couledouce de chez Gous, mieux vaut qu\\\'elle soit hamonisée,commune et profilée,comme le cul d\\\'une pouliche caracolant en tête du cortège des pensées du passé, et filant à vive allure sur les routes cabossées de votre époustouflant périple !Une pensée ,un seul cul et le tour est joué! Allez ,go! on vous suit,on vous rêve et on vous dit merci!     de Micha scotchée
 

manon 20/05/2007 21:05

le style devient tres "classe" !! que de poésie les petits loulous !! on est sous le charme de vos évocations , tribulations et pérégrinations qui vous ont fait planer.... tout comme nous !!! tout cela est bon pour la santé !! et nous désirons encore et encore en abuser ....  j'espére qu'Armel et Delphine ont attéri en douceur à Paris ,cela n'a pas du étre facile pour eux !! mais que de bons moments innoubliables les deux frérots ont eus !! c'est tres chouette  , bravo à toute la famille !! bisou mam

ginette 20/05/2007 18:28

Bonjour les cocos
Je suis tres jalouse...Capu.. tu ecris trop bien, est-ce ton nouveau hobby, ou est-ce un autre don que tu nous aurais cache??????? Ou alors, des talents de Luc???? je voudrais vraiment bien savoir.. d'ou vous vient ce talent...
J'ai fait une bonne et vrai ballade avec vous tous.. Capu..tu ressemble comme 2 gouttes d'eau a ton père, sur ton vélo...
Bisous, nous aussi on part se baigner... mais plus classique... en Tunisie...et aussi a un mariage locaL..jE VOUS RACONTERAIS TOUT....